Plantes et huiles cicatrisantes
Plantes médicinales

Plantes et huiles cicatrisantes

Quelles sont les plantes et huiles cicatrisantes? Voici une synthèse de différentes possibilités.

La liste des plantes et huiles cicatrisantes n’est pas exhaustive et vous pourrez me faire part en commentaire (en bas de l’article ou via le formulaire de contact) de vos retours d’expériences de l’usage de ces produits ou d’autres que vous avez trouvé efficaces.

Vous pourrez distinguer:

  • les applications locales et les prises orales
  • les préparations qu’on peut réaliser soi-même et celles qu’on trouve dans le commerce
  • la phytothérapie et les compléments alimentaires.

Vous pourrez choisir la plante en fonction de l’effet recherché:

  • accélération de la cicatrisation
  • atténuation des cicatrices
  • ou prévention.

Le choix des plantes ou des huiles peut se faire en fonction de la nature des cicatrices.

L’article est long, donc voici le plan:

Plantes et huiles cicatrisantes en applications locales:

  • les huiles végétales
  • les macérâts huileux
  • les huiles essentielles
  • le beurre de karité
  • le mélange d’acides gras ANTIOX 96
  • les préparations à faire soi-même pour une application locale
  • les pommades vendues en pharmacie.

Produits à prise orale:

  • homéopathie
  • gemmothérapie
  • oligo-éléments
  • compléments alimentaires
  • huile végétale par voie orale
  • autre.

Des teintures mères à usage local ou général

Des propositions de plantes et huiles cicatrisantes en fonction du type de lésion ou de l’effet recherché.


Applications locales

Les huiles végétales cicatrisantes

Ces huiles sont obtenues à partir des graines des plantes.
Choisissez toujours une huile végétale vierge, de première pression à froid et bio.

J’ai retenu 3 huiles végétales cicatrisantes:

Je vous conseille de masser au moins 2 fois par jour, avec une conscience d’amour, lorsque vous ferez pénétrer le baume dans la peau.

1) L’huile de calophylle ou Calophyllum inophyllum

Elle active la régénération cutanée.
Le calophylle se nomme Tamanu en Polynésie et Foraha à Madagascar.
L’huile vendue dans le commerce peut provenir d’Inde.
Il est nécessaire de masser assez longtemps pour la faire pénétrer dans la peau.

2) L’huile de rosier musqué ou de rose musquée

Le nom latin est Rosa rubiginosa L., 1771 ou Rosa moschata Herrm., 1762.

Ce mot « moschata » a peut-être donné le nom à la marque Mosqueta’s créée par une femme en 1989 suite à la découverte et à l’utilisation de cette plante sur une brûlure de lèvre lors d’un voyage au Chili.
Cette femme se rapprocha alors des chercheurs milanais qui avaient découvert l’action régénératrice de l’épiderme de cette huile.

Le rosier musqué contribue :

  • au renouvellement des tissus cutanés
  • à la prévention et correction d’inesthétismes dont cicatrices, chéloïdes (bourrelet fibreux se développant sur une cicatrice), vergetures
  • au maintien de l’élasticité de la peau.

Son huile est aussi une aide précieuse pour lutter :

  • contre les rides d’expression
  • contre les taches brunes.

Elle est riche en oméga 3 (40%) et en oméga 6 (40%).

3) L’huile de germe de blé

Elle est hydratante et cicatrisante.

Les macérâts huileux

Un macérat huileux est obtenu par macération d’une plante dans une ou plusieurs huiles végétales afin d’en extraire ses constituants.
Choisissez aussi toujours une huile végétale vierge, de première pression à froid et bio.
Certaines huiles sont stables alors que d’autres rancissent facilement.

1) Macérât huileux de fruits de figuier de Barbarie ou Opuntia ficus-indica

Ce macérât revitalise, prévient les signes de l’âge, la déshydratation cutanée, et protège les cellules exposées à un stress environnemental (fortes températures et rayonnement photonique intense par exemple), par la capacité du figuier à synthétiser et à maintenir une concentration efficace d’HSPs (Heat Shock Protein S).

L’exposition de tout organisme à un stress cellulaire induit l’expression cellulaire rapide et transitoire de protéines spécifiques : les HSP ou protéines de choc thermique.

2) Macérât huileux de fleurs de pâquerette ou Bellis perennis

Cicatrisante et raffermissante.
Utilisée en particulier sur les seins et les peaux matures.
Vous trouverez facilement ces macérâts dans le commerce de ville ou sur internet.
Dans les produits du commerce, l’huile végétale souvent utilisée pour leur macération est l’huile de tournesol.

Autres possibilités :

3) Macérât huileux de feuilles de gotu kola ou Centella asiatica

Cette plante ne se trouve pas à l’état sauvage en France. Il faut la cultiver.

Elle stimule :

  • la cicatrisation et la régénération de la peau endommagée
  • la formation de collagène.

4) Macérât huileux de feuilles de plantain lancéolé ou Plantago lanceolata

Le plantain est indiqué dans les inflammations et les abrasions de la peau.
Il est aussi antiseptique, hydratant, émollient, antiallergique.

5) Macérât huileux de fleurs de souci ou Calendula officinalis

Le souci stimule la régénérescence cellulaire de la peau.
Il est anti-inflammatoire, cicatrisant, antiseptique, antiviral.

6) Macérât huileux de millepertuis ou Hypericum perforatum

Cf. photo.
Il calme les brûlures et les coups de soleil.

7) Macérât huileux de grande bardane ou Arctium lappa

Il favorise la diminution et la cicatrisation de l’acné.

 

Et si vous fabriquiez vous-même vos macérations dans l’huile végétale de votre choix ?

Bien sûr, il ne faut pas être pressé car il faut laisser macérer 4 à 6 semaines !

 

Les huiles essentielles cicatrisantes

Une huile essentielle est un produit obtenu à partir d’une matière végétale, soit par entraînement à la vapeur, soit par des procédés mécaniques à l’aide de l’épicarpe des Citrus, soit par distillation à sec (norme française NF T 75-06).

Voici un classement par ordre alphabétique des noms latins de plantes aromatiques pouvant être utilisées en huile essentielle en prévention, pour la cicatrisation ou pour atténuer les cicatrices.

  • Aniba rosaeodora (bois de rose): plante féminine anti-infectieuse cutanée, antivirale, antifongique, antibactérienne.
  • Cedrus atlantica (cèdre de l’Atlas): cicatrisante avec une action favorable sur la cellulite.
  • Chamaemum nobile (camomille noble ou romaine): antiallergique après une piqûre et active sur nombre de dermatites (eczéma, psoriasis, coupure, acné); utiliser une faible quantité car l’odeur est forte.
  • Cistus ladanifer (ciste à gomme ou ciste ladanifère): cicatrisant, astringent et aussi antiviral, anti-infectieux, antibactérien, antiride. Présence très rare en France dans le Sud, fréquente en Espagne.
  • Cupressus sempervirens (cyprès): prévention des cicatrices avant chirurgie.
  • Helichrysum italicum (immortelle): résorption d’hématomes.
  • Lavandula angustifolia (lavande vraie): anti-inflammatoire, assèche, calme les démangeaisons, action polyvalente.
  • Lavandula burnatii (lavande super): mêmes propriétés mais moins calmante.
  • Lavandula latifolia spica (lavande aspic): indiquée dans les brûlures, les ulcères, les escarres, le psoriasis, les piqûres de guêpe, de méduse, de scorpion…
  • Rosmarinus off. sb verbénone (romarin): antivieillissement, antibactérienne, séborégulatrice, tonique.

Ne pas les utiliser chez la femme enceinte.
Les huiles essentielles sont à diluer dans une huile végétale.
Rapprochez-vous d’un praticien si vous voulez recourir aux huiles essentielles.

Le beurre de karité

Butyrospermum parkii en latin.

Il existe brut, pur, non-raffiné ou raffiné.
Il peut être mélangé à d’autres composants comme des huiles (huile de coco par exemple).

Le « baume living young » du laboratoire Ecosystem, quant à lui, a une odeur agréable et est composé de Beurre de Karité, associé à l’huile de Patawa (Oenocarpus bataua), l’ubiquinone (Coenzyme Q10), l’astaxanthine, le tocopheryl acetate, et du parfum.

On l’emploie en particulier sur les zones très sèches comme les talons, les coudes, les genoux, les mains.

Le mélange d’acides gras végétaux « Antiox 96®»

Ce mélange d’acides gras oléique, linoléique, palmitique, stéarique, béhénique, arachidique, lignocérique, gadoléique, linolénique, érucique est un « CICATRISANT EXTRAORDINAIRE » pour une blessure, une brûlure, un « coup de cogne », un bleu, un œdème…
Quelques gouttes dAntiox appliquées directement sur une plaie ou à l’aide d’une compresse, après avoir désinfecté, accélère la cicatrisation.
L’Antiox a sa place dans une armoire à pharmacie ou dans un sac à main.

Autres utilisations locales de ce produit :

  • bain de bouche pour les gencives qui saignent ou les aphtes
  • herpès labial ou vaginal
  • hémorroïdes
  • coups de soleil.

Il s’utilise aussi par voie orale pour neutraliser les radicaux libres responsables du vieillissement de l’organisme. Les radicaux libres oxydent, c’est-à-dire ‘’rouillent’’ la cellule. C’est un mécanisme normal qui peut être en excès dans les stress, la pollution, la dépression, la consommation d’alcool, de tabac, le surpoids, la surmédication

Préparations à faire soi-même pour une application locale

1) Préparation toute simple sur les cicatrices

2 exemples :

  • 1 cuillère à café d’huile végétale de rose musquée + 1 goutte d’huile essentielle de camomille romaine.
  • 1 goutte d’huile végétale de calophylle inophylle + 1 gouttes d’huile végétale de millepertuis + 2 gouttes d’huile essentielle de cèdre d’atlas.

à appliquer 2-3 fois par jour.

2) Préparation qui permet de prévenir les vergetures pendant la grossesse

(Exemple de préparation du Dr M. Tourrasse) :
Alchemilla vulgaris TM 60 ml
Arctium lappa TM 60 ml
Calophyllum Inophyllum HV 40 ml
Huile de germe de blé 90 ml
Une application sur le ventre (et éventuellement la poitrine) une fois par jour, 5 jours par semaine, à partir du 4ème mois de grossesse.

HV = Huile végétale
HE = Huile essentielle
TM = Teinture mère

Les préparations peuvent être effectuées en pharmacie par des « préparateurs ».

3) Recette du macérât hydroglycériné de Centella asiatica

Avec de la poudre bio de Centella asiatica.
Pour stimuler la production de collagène sur les peaux abîmées, agressées, vieillissantes, ou les vergetures.
Détail sur le site Aroma-Zone.

Pommades vendues en pharmacie

Cicaderma® du Laboratoire Boiron:
Pommade protectrice et calmante qui contient des extraits de plantes.
Composition: vaseline de Calendula officinalis sommités fleuries, Hypericum perforatum sommités fleuries, Achillea millefolium sommités fleuries (2/1/1: 10) 97 g, Ledum palustre teinture mère 1,5 g, Pour 100 g de pommade.
Elle est utilisée dans le traitement des brûlures peu étendues, des coups de soleil, des gerçures, des crevasses, des piqûres d’insectes et des petites plaies superficielles.

Homéoplasmine® du Laboratoire Boiron:
Substances actives : Acide borique, Benjoin du Laos, Bryone dioïque teinture, Phytolaque teinture, Souci des jardins teinture. Excipient : Vaseline
Indiquée dans les irritations de la peau. Ne doit pas être utilisée sur une peau suintante ou infectée.

Autres produits à base de fruits de figuier de Barbarie ou Opuntia ficus-indica et/ou de l’algue brune Padina pavonica :

DUO REPARATION®:
Adresse, conseils d’utilisation et composition dans le DOSSIER COMPLET à demander.
L’algue brune Padina pavonica présente dans ce produit synthétise des HSPs pour accélérer la mise en place du dispositif naturel de réparation de la peau.

Crème SATIVA M-TEX®:
Elle améliore le confort cuané et la réparation cellulaire.
Elle prévient ou diminue l’extension des dommages tissulaires des regions cutanées soumises à une aggression intense et itérative comme la radiothérapie ou l’exposition solaire prolongée.

Le figuier de Barbarie Opuntia ficus indica retrouvé dans ces 2 produits, accélère la production des protéoglycanes et des collagènes.


Produits à prise orale

La plupart sont issus de plantes, mais pas tous.

  • homéopathie
  • gemmothérapie
  • teintures mère
  • oligo-éléments
  • huile végétale
  • compléments alimentaires
  • autre

Homéopathie

  • Causticum 5 CH (ancienne cicatrice, plaie traînante, cicatrices douloureuses, brûlures profondes)
  • Graphites 5 CH (chéloïdes, indurations, eczéma suintant, peau des main calleuse)
  • Hypericum 5 CH (cicatrisation de régions finement innervées)
  • Ledum 5 CH (plaies par piqûres)
  • Staphysagria 5 CH (plaies par instruments tranchants, eczéma avec croûtes épaisses et suintement irritant, démangeaisons violentes)
  • Petroleum 7 CH (lorsque les mains ressemblent à celles des mécaniciens, avec aggravation l’hiver; la peau saigne facilement)
  • Antimonium crudum 7 CH (lorsqu’il y a des fissures profondes, avec aggravation à l’eau froide)
  • Castor equi 5 CH (si fissures des bouts des doigts)
  • Hamamelis virginia 5 CH (varicosités)

Au choix, 3 granules 3 fois par jour.

Gemmothérapie

Platanus orientalis
Le macérât de bourgeons de platane a un tropisme cutané important.
C’est le bourgeon de prédilection du vitiligo, capable de repigmenter la peau à partir du centre des plaques blanches.
Il améliore également les acnés.

Ulmus campestris
L’orme champêtre est un ami de la peau, des muqueuses et des séreuses, c’est-à-dire de la communication avec l’extérieur.
Le macérât de bourgeons d’orme champêtre aide à l’élimination des dermites suintantes (eczéma suintant, furoncle, acné, ulcère) et bulleuses (zona, varicelle, herpès).
Il traite aussi le psoriasis.

Oligo-éléments

Le zinc et le sélénium améliorent la tonicité de la peau.

Le cuivre contribue à la pigmentation normale de la peau et des cheveux et au maintien de tissus conjonctifs normaux.

Le silicium régénère la peau, les ongles et les cheveux.

Consulter votre médecin traitant ou prendre RDV.

Pas d’usage prolongé du sélénium.

Un dosage biologique de sélénium, de zinc, et de cuivre, peut être réalisé.

Des carences en zinc sont fréquentes.
La teneur en zinc varie selon les produits.

VNR (Valeurs Nutritionnelles de Référence) du Zinc : 10 mg par jour.
VNR (Valeurs Nutritionnelles de Référence) du Sélénium : 55 μg par jour.
VNR (Valeurs Nutritionnelles de Référence) du Cuivre : 1 mg par jour.

Compléments alimentaires

Exemples de compléments alimentaires possibles comportant cuivre, zinc, sélénium ou silicium:
SUR DEMANDE

Huile végétale par voie orale

Huile d’onagre ou Oenothera biennis

L’huile d’onagre diminue l’aspect sec et rugueux de la peau et favorise la cicatrisation.

L’huile d’onagre a été passée au peigne fin et tous ses effets ont été méticuleusement étudiés.
Par exemple une étude explique que l’huile d’onagre est déconseillée aux personnes faisant des crises d’épilepsie ou ayant un terrain allergique. En effet l’huile d’onagre pourrait augmenter la fréquence des crises. À vérifier individuellement.
L’huile d’onagre a des effets anticoagulants et est donc déconseillée aux personnes souffrant de troubles de la coagulation ou venant de se faire opérer.
Elle est également déconseillée aux femmes enceintes.

Autre

Curcuma racine ou Curcuma longa

Le curcuma a de nombreuses propriétés et il n’est pas utilisé en priorité pour son côté vulnéraire (qui favorise la cicatrisation) mais il est utile en cas d’inflammation dans cette indication de cicatrisation.

Contre-indications : grossesse et allaitement, obstruction des voies biliaires et calculs biliaires.
Interaction médicamenteuse : anticoagulants.
Effets secondaires possibles : coloration de la salive en jaune (épices).


Les plantes cicatrisantes sous forme de teinture mère ™

Usage local (en compresses imbibées) ou général.

  • Alchémille ou Alchemilla vulgaris parties aériennes: plante astringente et cicatrisante qui agit contre la cellulite, les vergetures, et le vieillissement de la peau.
  • Achillée millefeuille ou Millefeuille ou Achillea millefolium parties aériennes: accélère la cicatrisation des plaies de toute nature, arrête le sang (hémostatique).
  • Grande bardane ou Arctium lappa racine: a une action tonique, cicatrisante, hydratante et antibiotique dans la furonculose et l’acné.
  • Gotu kola ou Centella asiatica parties aériennes: action directe sur les fibroblastes.
    Cicatrisant; stimule l’épiderme, favorise la kératinisation.

Quelques propositions en fonction du type de lésion ou de l’effet recherché

Ces propositions sur les plantes et huiles cicatrisantes n’engagent que moi et ne constituent ni directement, ni indirectement, une consultation médicale.

J’ai préparé un arbre décisionnel simple pour faciliter le choix d’une plante cicatrisante.

J’ai retenu 1 indication par plante ou produit, mais chaque plante ou produit peut avoir plusieurs propriétés.

Ce dossier plus complet comprend aussi le détail des produits et des adresses pour vous faire gagner du temps.

JE DEMANDE LE DOSSIER

Consultation globale personnalisée sur demande

 

  • Vous pouvez aussi vous rapprocher de votre médecin et de votre pharmacien pour obtenir des informations complémentaires.
  • Les données proviennent de sources scientifiques et vous sont transmises à titre purement indicatif et doivent être utilisées sous votre entière responsabilité.
  • Je propose des conseils naturels, qui peuvent s’ajouter à un traitement existant, pour que corps et esprit retrouvent plus d’équilibre et d’harmonie, et donc le chemin de la santé.
  • RDV possible.
  • Les propriétés thérapeutiques des plantes dépendent de la qualité de la plante, des procédés de cueillette, d’extraction, de fabrication des produits à partir des plantes, et des posologies.

 

Bibliographie

  • La phytembryothérapie, l’embryon de la gemmothérapie, Docteurs Franck Ledoux et Gérard Guéniot, Editions Amyris
  • Petit Larousse des plantes médicinales, De Gérard Debuigne et François Couplan, Editions Larousse 2009
  • Précis de Matière Médicale Homéopathique, L. Vannier, J. Poirier, Éditions Doin
  • Grand manuel pour fabriquer ses remèdes naturels, Christophe BERNARD, Editions Jouvence
  • Huiles essentielles chémotypées, A. Zhiri, D. Baudoux, M.L. Breda

 

10 Comments

  • Jessica M

    Je ne savais pas qu’il y avait autant de plantes qui pouvaient aider à la cicatrisation !
    J’ai une petite question : j’ai une grande cicatrice à cause d’une opération qui date d’un an maintenant. Est-ce qu’il est encore possible de rendre cette cicatrice moins visible grâce aux HE ? Ou est-ce que j’aurais dû le faire plus tôt ?

  • Clémence

    Merci pour ton article! Il est très complet ! Je vais retenir les 2 exemples de préparations à base d’HV. est-ce que l’on peut les utiliser pour les enfants à partir de 5ans?

    • Bénédicte L.

      La première préparation « 1 cuillère à café d’huile végétale de rose musquée + 1 goutte d’huile essentielle de camomille romaine » peut être utilisée pour un enfant. Je ne conseille pas le deuxième exemple.
      Je conseille toujours de tester sur une petite zone du corps avant de l’appliquer régulièrement ou sur une surface plus grande.
      L’huile végétale peut être remplacée par une autre selon les préférences et les besoins. Chaque huile a son odeur.

  • Gaëlle

    Chouette article que je prendrai vraiment le temps d’étudier à tête reposer, pour en retenir quelques pistes à tester tant sur moi, que sur mes p’tits poulets ! Peut être en adaptant… à voir.
    Merci beaucoup !
    Je suis cependant un peu étonnée que la TM d’échinacée n’apparaisse pas dans ta liste ? Outre le fait d’être ultra désinfectante, elle favorise sacrément la cicatrisation des plaies ! S’utilise sur nous comme sur les animaux, pure ou diluée selon localisation, étendue et sensibilité ! 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :